alt text
PIERRE-OLIVIER LEURENT
Webmarketeur

PRENDRE UN CAFE AUJOURD’HUI

>Loading...
Error
Error!

DERNIERS TWEETS

Menu
Close
Sep 09, 2011

La fin des médias sociaux 1.0 – Part 1

0 Comment | By
 
Ce post est la traduction d’un article publié dans PaidContent.org rédigé par Brian Solis. Il est l’auteur d’ “Engage!”, un livre sur la stratégie des médias sociaux.

La partie 2 de cet article a pour objectif de commenter et avancer des pistes de réflexion pour les entreprises qui souhaitentse préparer et s’adapter dès aujourd’hui dans leur stratégie future des médias sociaux.
  
« J’aimerais parler d’un point inflexible dans les médias sociaux qui nécessite de faire une pause. Je ne suggère pas qu’il y aura un média social 2.0 ou 3.0 pour ce sujet. Ni que je vois le terme « média social » quitter notre vocabulaire prochainement. Après tout, il a récemment été ajouté au dictionnaire Merriam-Webster. A la place, ce dont je voudrais discuter est la fin d’une ère des médias sociaux qui va forcer l’industrie à plus de maturité. Cependant, cela n’arrivera pas par elle-même. L’évolution arrivera parce que les consommateurs la souhaitent.

Du ralentissementdes médias sociaux au ralentissement des deals, en passant par le ralentissement des suiveurs[NDLR :tendances qui restent à être prouvées en France], les entreprises font face à un carrefour à l’intersection du social et du média. Suivre le chemin du média, c’est continuer une longue tradition de ce que Tom Foremski appelle le« Média Social comme Média d’Entreprise ». Suivre le chemin du social est un voyage vers la pertinence.

Comme Foremski le déclare : « Les médias sociaux ne sont pas des médias d’entreprise… Si les entreprises essaient de tourner les médias sociaux en lieu de vente ou de support marketing, alors elles risquent de perdre les conversationspures et dépouillées et de pénétrer dans les comportements des consommateurs. »

Son idée est la suivante: il y a plus dans les médias sociaux que les campagnes intelligentes et les conversations rudimentaires. Parler n’est pas n’est pas la seule chose qui rend social un média social. En ajoutant juste Facebook, Twitter et d’autres boutons de partage ne conduira pas magiquement du contenu statique en des expériences partageables. Ecouter, apprendre et s’adapter est là où la vraie valeur du média social va montrer sa couleur. Ecouter mène àplus de business. S’investir débloque l’empathie et l’innovation. Mais c’est l’action et l’adaptation qui amène à la pertinence.

[…]

Le futur des médias sociaux converge vers un seul mot: « valeur ». Sans cela, les entreprises vont trouver cela beaucoup plus difficile de gagner etretenir des amis, des fans et des suiveurs. Alors que l’adoption des réseauxsociaux a monté en flèche ces dernières années, cette croissance se dirige vers une stabilisation. eMarketer estime que le taux de croissance de Facebook atteindra seulement 13,4 % cette année après avoir atteint 38,6 % d’accélération en 2010 et un étourdissant taux de 90,3 % l’année précédente. Facebook n’est pas seul non plus dans cette sobriété. Le taux d’adoption de nouveaux utilisateurs de Twitter a chuté de 293,1 % de croissance en 2009 à 26,3 % cette année.
  
Comprenez-moi bien. Les individus adoptent encore les réseaux sociaux. Cependant, la sévérité de la compétition pour attraper l’attention du consommateur est immanquable. Au début quelque peu déchainés avec leur « j’aime »,« retweets » et suiveurs, les consommateurs deviennent plus circonspects et réalistes. Donc, les marques vont devoir maintenant écouter de manière plus effective leurs marchés pour prendre des décisions mieux informées sur comment les médias sociaux impactent l’entreprise et procurent des expériences aux clients.

Le rapport de GlobalWebIndex, “Wave5 Trends” donne des idées à propos de la manière dont les consommateurs utilisent les réseaux sociaux et la technologie en général. Selon le rapport, la croissance dans l’usage des réseaux sociaux parmi les 16-24 ans aux Etats-Unis se stabilise. Et dans certains pays l’usage parmi cette tranche de la population décline. En fait, une des idées principales  partagée dans le rapport est l’assujettissement.« Facebook n’est plus l’arrêt obligatoire dans l’expérience totale d’internet ».
Cependant, le rapport n’est pas un annonciateur de la disparition des réseaux sociaux.C’est plutôt un regard sur comment les comportements changent. Quelques faits :

Entre juin 2009 et juin 2011, les changements suivants ont été relevés dans l’activité de Facebook:
-L’upload de vidéos effectue une légère augmentation dans le monde (7,6 %), plus faible aux Etats-Unis (5%)
-L’installation d’application est sur le déclin, moins de 10,4 % aux USA et 3,1 % à travers lemonde.
-L’envoi de cadeaux virtuels ne sont peut être pas des cadeaux qui valent le coup, puisqu’ils chutent de 12,9 % aux Etats-Unis et de 7,5 % dans le monde.

De l’autre côté Twitter est un riche échange d’informations où les liens deviennent une forme de monnaie digitale. Par exemple, 45% partagent une opinion sur un produit ou une marque plus d’une fois par jour. 34 % des utilisateurs de Twitter partagent également un lien sur un produit ou unemarque plus d’une fois par jour.
Quand il est demandé aux consommateurs ce qu’ils veulent des marques, la connaissance et le divertissement jaillirent en haut de la liste. Additionnellement, le rapport de GlobalWebIndex, Wave 5 Trends exprime que les consommateurs en ligne veulent que les marques leur apportent des services qui conviennent à leur style de vie. Ils veulent aussi que les marques les écoutent.

Que pouvons-nous retenir de cela ?

1/ Les entreprises doivent d’abord réaliser qu’ils y a plus dans les médias sociaux que de gérer une présence active, menée par un calendrier éditorial d’activité. Ecouter est la clé et dans chaque conversation tient un indice pour gagner en pertinence et établir à la fin un leadership.

2/ Les consommateurs veulent être entendus. Les médias sociaux vont devoir se libérer des griffes du marketing dans le but de socialiser l’entreprise : écouter,engager la conversation, apprendre et s’adapter. Vous ne pouvez pas créer une entreprise sociale si l’entreprise n’est pas conçue pour être centrée sur le consommateur, de l’extérieur vers l’intérieur et l’inverse.

3/ Les médias sociaux deviennent une extension de l’écoute active et de la conversation. Stratégies, programmes et contenus sont dérivés des idées,catalyseurs pour l’innovation et messagers de valeur. Plus important, les médias sociaux deviennent une plateforme pour la marque et les fonctions que les consommateurs estiment obligatoire. Du département Marketing aux RH en passant par la R&D les marques vont étendre le rôle qu’elles jouent dans les réseaux sociaux pour rendre l’acte de suivre et de partage un investissement pour une relation pleine de sens.

La fin des médias sociaux 1.0 est le commencement d’une nouvelle ère de business,de discussion avec le consommateur et de pertinence.

#AdapterOuMourir »

 

Suivez-moi :
– Flux RSS

– Facebook (Page MarketingNumérique.fr) et 
– Twitter (@poleurent)

Leave A Comment

Author Details

J'ai 4 ans d'expérience en agence, ainsi que chez l'annonceur en France et à l'étranger. Depuis 2010, j’anime un blog sur WordPress pour partager mon avis et mes connaissance sur les stratégies webmarketing, content management, médias sociaux, mobile et e-mail marketing. Je suis auteur d'un livre publié début juin 2016 sur une méthode innovante pour attirer vos prospects et multiplier vos leads, rendez-vous et ventes avec vos clients. Quelque soit la taille de votre entreprise, cette méthode a déjà fait ses preuves. Je peux vous aider à la mettre en place et l’optimiser. En recherche d’emploi en webmarketing / communication web sur Lille, visitez ce site pour découvrir mon profil.

Share Post